L'histoire du succès de l'entreprise Flashfire

Un temps dans l'armement, l'entreprise Flashfire a su devancer tous ses concurrents en proposant un adaptateur devenu indispensable pour améliorer son vaisseau spatial sur Star Citizen.

L'histoire du succès de l'entreprise Flashfire

Portfolio: Supports d'armes Flashfire

"On vous connecte !" - Le slogan de l'entreprise Flashfire semblerait plus adapté à un site de rencontres qu'à la ligne d'accroche d'une compagnie entièrement dévouée à la précision des instruments de mort. Mais ne vous y trompez pas : les outils de travail conçus par les ingénieurs de Flashfire sont absolument essentiels au combat spatial. Peut-être n'avez-vous jamais entendu le nom Flashfire, mais si vous volez sur un appareil privé (ou utilitaire, ou encore militaire !) aujourd'hui, vous vous servez de leur technologie révolutionnaire.

Avant 2904, chaque appareil spatial privé incorporait ses propres lignes d'armes et de modules d'améliorations. Les canons construits pour des vaisseaux Roberts Space Industries n'auraient jamais pu être montés sur un transport MISC, les missiles conçus pour un chasseur Anvil n'auraient jamais pu être chargés dans un bombardier Aegis, etc. Les organisations militaires pâtissaient de ces chaines d'approvisionnement à rallonge alors qu'ils devaient déployer des appareils de plus en plus avancés technologiquement tandis qu'on assistait à une sévère balkanisation des marchés civils. Les entrepôts débordaient de pièces détachées spécifiques ne touchant chacune qu'un petit secteur de marché.

Cela signifiait également que les constructeurs avaient un contrôle quasi total sur les options d'améliorations. MISC et ses revendeurs pouvaient pratiquer des prix dix fois supérieurs à la valeur visible de leurs produits, sachant que les pilotes de transport n'auraient pas d'autre choix que d'acheter chez eux ou d'acheter un nouvel appareil chez un autre constructeur. Il arrivait parfois qu'un appareil populaire comme le Nova en 2822 soit à l'origine de la création de constructeurs tiers qui produisaient des technologies "clonées" mais comme cela il en résultait en général un influx de supports et de munitions de mauvaise qualité qui renforçaient l'idée qu'il était préférable de payer un plus cher pour obtenir des pièces d'usine spécifiques.

Galerie d'armes Flashfire

Flashfire a changé tout ça. C'est une success story classique, le businessman Garvin Snarm a fait fortune en voyant une ouverture et en créant un produit d'apparence si simple qu'il a révolutionné le marché de l'amélioration de vaisseaux instantanément : un adaptateur permettant de monter quasiment n'importe quelle arme sur n'importe quel appareil. Tout d'un coup, les consommateurs prirent le pouvoir. Grâce à l'option d'amélioration peu coûteuse de Flashfire, les capitaines de vaisseaux et les pilotes de cargo pouvaient à présent choisir parmi de vastes gammes de produits adaptés à leur catégorie de support au lieu d'être restreints au choix imposé par le constructeur de leur appareil. Ainsi, des fabricants d'armes concurrents virent rapidement le jour, et la course à l'armement résultante donna naissance à d'incroyables avancées dans le domaine des technologies laser et balistique.

Histoire

Comme son nom l'indique, Flashfire était à l'origine une compagnie fabriquant de l'armement cloné. A la base Flashfire Inc. n'avaient vraiment rien à voir avec Snarm ou l'innovation : ils étaient noyés dans la masses des constructeurs de lasers en faillite n'arrivant pas à toucher leur secteur de marché dans l'industrie sévèrement fragmentée de la pièce détachée pour vaisseau spatial. Les gammes d'armes Flashfire étaient quelconques : une variété standard de lasers ré-étiquetés avec des noms fantasques ("Fashfire Fusion Cannon", "Flashfire Atom Gun", etc.).

Malgré leur nomenclature fantaisiste (et lots d'armes similaires) la gamme Flashfire ne réussissait pas à se démarquer d'une manière ou d'une autre. Ce qu'ils possédaient bien en revanche, en plus d'un déficit handicapant, c'étaient des installations de production. Armé de fonds de capital-risque lui permettant de suivre son inspiration, Snarm acheta Flashfire dans son intégralité, annula le développement d'armes et consacra ses usines à la production de systèmes de supports. En six mois, ses deux usines devinrent quatre usines et de nos jours on trouve au moins une de leurs installations de production sur tout monde suffisamment industrialisé. Les supports Flashfire étaient à l'origine vendus comme des accessoires mais vers la moitié des années 2930, les constructeurs réalisèrent comment les choses tournaient et commencèrent à les incorporer de manière standard à leur concepts d'armes et de vaisseaux.

La Technologie

Surnommé "la rondelle" par les ingénieurs spatiaux, l'innovation de Flashfire consiste en un disque de silico-béton moulé qui permet de maintenir en place les éléments de part et d'autre de la pièce. L'ajout de cet matière extrêmement mobile rend les points d'attache entièrement malléables. Avec sa texture proche de la glaise au touché, la rondelle s'adapte à la forme des armes et se verrouille d'elle même en place lorsqu'un courant la traverse.

Attacher l'arme au vaisseau physiquement ne constitue toutefois que la moitié de l'équation. La réelle difficulté (et la vraie innovation du système Flashfire) vient de la capacité à transférer les quantités extrêmement variables de données, énergie et autres du fuselage à l'arme. La solution consiste en un réseau de nanotubes générés de manière organique et capables de transférer aussi bien l'énergie de la batterie que les ordres de faire feu envoyées par le vaisseau mère. Ce brevet est tellement protégé par Flashfire qu'aucune autre corporation n'a encore réussi à égaler la flexibilité ou la durabilité du système FWM.

Seule la taille limite les supports Flashfire. La compagnie fabrique 85 variétés différentes de supports utilisés pour absolument tout, du plus petit laser minier aux massives batteries de canons des vaisseaux capitaux de l'UEE. Il existe des rondelles Flashfire pour toutes les classes de supports d'armes. Par ailleurs la maintenance Flashfire n'est pas un problème, les disques sont suffisamment solides pour être considérés comme quasiment indestructibles et tellement bon marché qu'on préférera les remplacer que les réparer en cas de dégâts extrêmes et handicapants. Il est de toute façon très probable que la coque d'un appareil ou l'arme soit détruite avant que le support Flashfire ne subisse des dommages.

L'avenir

Après quarante ans dans le business, Flashfire n'a jamais introduit un autre produit sur le marché. Les rumeurs persistent cependant à insinuer que ce n'est pas faute d'avoir essayé : la compagnie entretient trois laboratoires d'études internes et investit énormément dans la recherche scientifique privée. Ils ont également des connexions avec le mastodonte de la recherche militaire et des budgets déclassifiés indiquent que Flashfire aurait touché plusieurs de milliards d'UEC pour de la recherche dans une base secrète. L'allégation selon laquelle le gouvernement utiliserait Flashfire pour étudier la technologie des appareils extra-terrestres est probablement fondée. Des modèles brevetés d'appareils Xi'an sont capables de s'adapter aux supports Flashfire existants et la technologie est probablement très utile pour l'étude des appareils Vanduul aux systèmes de chargement furieusement différents de ce que nous connaissons.

Les rumeurs dans le monde civil persistent à dire que Snarm, vieillissant, s'apprête à révéler sa seconde idée de génie, potentiellement une évolution du concept de la rondelle pour d'autres pièces de vaisseau ou, encore plus fou, de détourner tout le système d'améliorations pour permettre aux pilotes de monter n'importe quelle pièce n'importe où. Tandis qu'un futur où les capitaines de vaisseaux peuvent monter des propulseurs sur les emplacements d'armes ou des réacteurs sur les batteries de missiles est assez improbable, il n'en reste pas moins possible que Flashfire ait un second atout dans la manche pour changer la donne du marché actuel.

Kingsamber

La traduction de ce récit est proposée par Kingsamber, pirate de l'espace capable d'adapter les langues pour parvenir à une version compréhensible pour les descendants de Voltaire.

Source : https://robertsspaceindustries.com/comm-link/transmission/13630-Portfolio-Flashfire-Weapon-Mounts

Réactions (29)


  • En chargement...

Que pensez-vous de Star Citizen ?

20 aiment, 1 pas.
Note moyenne : (23 évaluations | 0 critique)
7,9 / 10 - Très prometteur