Conception : réparation et maintenance des vaisseaux

Les "design post" sont des lettres ponctuelles rédigées directement par les développeurs travaillant sur Star Citizen et décrivant un aspect technique précis du jeu. Ce nouveau design post détaille les nouvelles mécaniques de réparation des vaisseaux. Il fait suite à l'article sur la gestion des dégâts présenté quelques mois plus tôt. Il a été traduit par les équipes de StarCitizen.fr. Merci à eux !

-Elglon

Conception : réparation et maintenance des vaisseaux

RÉPARATION ET ENTRETIEN DES VAISSEAUX

damage.jpeg.jpg

L’espace est un endroit hostile et même les pilotes chevronnés devront parfois rafistoler leur vaisseau. Heureusement, il y a un certain nombre d’options disponibles afin de permettre aux citoyens de remettre sur pied leur vaisseau.

Le système de réparations de Star Citizen fonctionne conjointement avec le modèle approfondi de dégâts, afin de proposer une expérience de jeu intuitive et attrayante aux joueurs souhaitant faire carrière dans la réparation de vaisseaux, ou pour les pilotes voulant réaliser des réparations rapides sur le terrain.

La technologie pour les réparations dans Star Citizen est basée sur des outils équipés de lasers polyvalents. Ils peuvent retirer les matériaux endommagés, ou bien injecter des éléments de réparation en poudre, puis les agglomérer par chauffage (frittage), afin de reconstruire structures et surfaces.

Rôles de réparation

repairarm.jpg

N’importe quel vaisseau de réparation a besoin de deux spécialistes pour mener à bien sa mission : unopérateur du bras de réparation et un planificateur de réparations.

L’opérateur du bras de réparation contrôle un outil robotisé, équipé d’un laser multi-usages et d’un système d’injection de matière. Le bras de réparation est capable d’effectuer toutes sortes de dépannages. C’est le seul moyen pour réparer complètement la structure d’un vaisseau. En outre cette tâche nécessite dextérité, connaissances et coordination avec le planificateur de réparations pour être réalisée correctement.

terminal.png

Le planificateur de réparations relaie des informations précises sur les dommages à l’opérateur du bras, désigne les réparations à entreprendre et est responsable de la répartition des matières nécessaires pour les reconstructions.

Planificateur de réparations

shipdamage_components_outline.jpg

Pour démarrer les réparations dans un atelier, le planificateur de réparations doit au préalable utiliser son interface d’évaluation des dégâts pour obtenir des informations sur ceux-ci et préparer les réparations.

Analyse des dégâts

Lorsqu’il utilise son terminal, le planificateur de réparations peut accéder au diagnostic des dégâts du vaisseau concerné. Cet outil affiche le statut des zones du vaisseau, de la coque, des systèmes, de l’armement et de leurs différentes connexions. Le joueur a la possibilité de basculer  entre les différentes couches et les trier, ainsi qu’isoler et afficher leurs constituants respectifs.

shipdamage_heatmap_outline.jpg

Les dommages infligés à la coque d’un vaisseau sont représentés sur un calque en réalité virtuelle, sous forme de cartographie thermique. Une structure parfaite est affichée en vert, les dégâts critiques ou les trous sont affichés en rouge, et les dommages partiels s’affichent entre ces deux teintes. Les brèches sont également mises en évidence pour plus de visibilité.

Afficher les différentes parties d’un vaisseau montrera leur état actuel ainsi que les matériaux nécessaires pour les réparer. Lorsqu’il est prêt à commencer une réparation, le gestionnaire sélectionne la pièce, ouvrant automatiquement le panneau de matériau.

Panneau des matériaux

material.png
Les réparations s’effectuant dans un atelier nécessitent des matériaux bruts, récoltés grâce au minage, à la récupération ou au commerce. Le planificateur de réparations peut allouer différents matériaux en fonction des différentes réparations nécessaires via le panneau de matériau de sa console.

En fonction des réparations, certains types et différentes quantités de matériaux sont nécessaires. Lorsqu’un composant est sélectionné, ces besoins sont affichés dans la section « besoins de réparation » du panneau de matériau sous forme de cases devant être remplies depuis le stock du vaisseau.

Chaque matériau reflète son efficacité quand il est placé dans une case, et affecte la procédure de réparation (abordé plus loin dans l’article). Pour obtenir des résultats optimaux, le planificateur doit trouver un compromis entre les besoins de l’opérateur du bras et la valeur des matériaux utilisés.

Une fois que tous les matériaux ont été attribués, l’opérateur du bras de réparation peut désormais lancer le processus de reconstruction.

tableau-r_c3_a9parations-1.jpg
tableau-r_c3_a9parations-02.jpg
tableau-r_c3_a9parations-3.jpg

Reconstruction

Calque en réalité virtuelle mettant en évidence des débris devant être retirés
Dans le cas où une pièce ou un composant entier d’un vaisseau s’est entièrement détaché ou s’est fait détruire, il doit être reconstruit. C’est à cette fin que le planificateur  sélectionne les pièces manquantes depuis le panneau d’évaluation des dégâts et assigne les matériaux requis.

Surface d’assemblage nettoyée

Une fois la composition confirmée, le châssis de la pièce manquante est automatiquement construit par le bras de réparation. Ce processus est entièrement automatique, et utilise les schémas présents dans la base de données du terminal de réparation. Une fois le châssis reconstruit, le joueur peut alors recréer le revêtement normalement, via le système de réparations.

Avant de pouvoir commencer une reconstruction, la surface d’assemblage doit  être nettoyée de tout débris par l’opérateur du bras de réparation. Tant que quelque chose fera obstruction, la pièce apparaîtra dans un hologramme rouge sur le panneau de diagnostic des dégâts, avec les pièces bloquantes à retirer en surbrillance.

Reconstruction du châssis

Opérateur du bras de réparation

Une fois les éléments choisis et la composition des matériaux de réparation décidée via le planificateur de réparations, l’opérateur du bras de réparation commence le processus de reconstruction et de réparation. Avec son terminal, l’opérateur peut contrôler la position du bras à distance via une caméra intégrée. Pour simplifier les contrôles, la tête est dirigée et positionnée directement par l’opérateur, une solution IK (N.D.T. : cinématique inverse) intégrée calcule le mouvement du reste du bras.

Le laser du bras de réparation dispose de deux modes différents pour mener à bien les différentes opérations : Décapage et Réparation

Décapage

Décaper la coque est vital pour améliorer l’intégrité d’un vaisseau ayant subi des dégâts légers, étant donné que seules des zones manquantes du blindage peuvent être réparées.

En mode décapage, le laser haute puissance du bras de réparation retire une partie de la surface d’un composant sans causer de dégâts. Les surfaces ainsi retirées sont converties et récupérées en un pourcentage de leurs matières premières.

Le décapage est également nécessaire lorsqu’un composant ou une pièce est complètement arrachée. La reconstruction complète d’un élément requiert un point d’attache propre, obligeant l’opérateur à retirer tout débris qui compromettrait la zone.

surface non préparée

Surface décapée

Réparation

repaircam.jpg

La réparation consiste à reconstruire la surface d’un vaisseau ou d’un composant pour lui rendre son intégrité. En mode réparation, le laser du bras est maintenant utilisé pour “imprimer” directement des matériaux sur la structure d’un vaisseau ou d’un composant. Une fois le bras de réparation en place, un hologramme en fil de fer est projeté, montrant les limites de la zone endommagée sur laquelle il est possible d’imprimer. Cette grille est un guide haute résolution qui suit les contours de la surface dans son état intact supportant les matériaux imprimés sur le vaisseau.

Le bras de réparation disperse un composé en poudre, le  chauffe et le lie grâce à son laser, créant ainsi la nouvelle surface. Tandis que cette surface s’étend, la grille se contracte petit à petit jusqu’à ce que la zone soit complètement réparée.

La solidité de la nouvelle surface dépend de son temps d’exposition au laser. Tandis qu’elle se construit, sa résistance augmente graduellement jusqu’à atteindre 100%. Si le laser reste pointé trop longtemps sur cette zone, l’intégrité de la surface finira par se réduire à cause de sa surchauffe. L’opérateur doit donc attendre le moment idéal pour obtenir une intégrité maximale, avant de passer à la zone suivante.

reconstruction_mesh.jpg

Le joueur peut activer l’affichage en réalité augmentée  du calque de cartographie thermique en couleurs des dégâts pendant qu’il fait ses réparations. Un retour en temps réel est ainsi obtenu tandis qu’il s’approche de cet équilibre. La surface deviendra verte en s’approchant de 100% et retournera dans le rouge si elle est surexposée. Si la surface est en effet surexposée, l’opérateur devra alors retirer cette section avant de tenter de la réparer à nouveau.

La composition du matériel de réparation, définie par le planificateur de réparations, déterminera le comportement de la surface pendant l’impression : le niveau maximum d’intégrité, la durée de la période de chauffe idéale ainsi que le taux  auquel l’exposition affecte l’intégrité. Une boucle compromis risque/récompense est ainsi contrôlée par le joueur, où des matériaux bons marchés peuvent atteindre la même intégrité qu’un composant beaucoup plus cher, au prix d’une maîtrise bien plus importante de la part de l’opérateur. L’équipage du vaisseau de réparation devra donc prendre en compte la compétence des opérateurs avant d’assigner les matériaux et de faire les comptes.

Réparations  sur le terrain

MultiTool personnel

Personal Multitool

Le Multitool est un objet personnel, qui ressemble à  une mini version du bras de réparation de l’atelier. Il permet décapage et réparation, offrant une grande variété de dépannages, à l’exclusion de la reconstruction complète.

Même si le Multitool possède les mêmes fonctionnalités que le bras de réparation, la taille de son laser et la faible qualité des matériaux de réparation qu’il peut stocker ne le rendent utile que pour des réparations rapides et du rafistolage d’urgence en attendant d’amener le vaisseau dans une véritable zone de réparations.

Dégâts des composants

Quand votre vaisseau est endommagé, une partie de ces dégâts sera répercutée du point d’impact sur la coque vers le composant le plus proche (système ou armement). Ce composant partagera ensuite ces dégâts entre lui même et ses sous-composants. Les sous-composants sont les divers consommables utilisés pour faire tourner ou améliorer les composants ou systèmes.

En général, la réparation sur le terrain d’un composant consiste à éteindre ce dernier, remplacer les sous-composants endommagés et rallumer le composant. Dans les très grands systèmes, tels que ceux à bords des vaisseaux capitaux, plusieurs étapes pour éteindre où allumer un composant peuvent être nécessaires, par exemple rediriger l’énergie ou le refroidissement vers d’autres parties du vaisseau. Ces actions pourront nécessiter l’utilisation de l’un des ordinateurs de bord du vaisseau.

Sous-composants

Les sous-composants offrent des bénéfices additionnels à leurs composants parents, permettant une personnalisation plus poussée du vaisseau. Ils sont divisés en trois catégories, chacun proposant des améliorations spécifiques.

tableau-_c3_a9l_c3_a9ments.jpg

Racks de modules

rack.png
multicrew.png

Les racks de modules sont les panneaux qui hébergent les différents composants utilisés pour maintenir leurs sous-composants en état de marche. Ils se situent sur la coque derrièredes trappes de maintenance dans les vaisseaux à cockpit clos, ou en interne dans la section ingénierie à bord de plus gros vaisseaux multiplaces.

Selon les composants installés, différents types et nombres de sous-composants sont requis. Chaque sous-composant est conçu pour être retiré et remplacé facilement, permettant de faire des réparations d’urgence rapidement. Si un joueur tente de retirer un sous-composant d’un composant toujours alimenté en énergie, il risque néanmoins de recevoir une décharge électrique  et de subir des dégâts.

modules.png

Remplacer un sous-composant endommagé consiste simplement à interagir avec ce dernier. Le joueur l’enlèvera alors, libérant son emplacement. Si le joueur possède un remplacement dans son inventaire, il peut interagir avec l’emplacement libre pour l’y placer.

Les sous-composants sont universels à tous les vaisseaux et composants de la même classe en termes de taille. La barre de réfrigérant du  canon d’un Gladius peut remplacer celle du générateur de bouclier d’un Hornet. Un maximum de flexibilité est ainsi offert, permettant aux joueurs de jongler avec différents système selon la situation, tout en leur permettant de rafistoler leurvaisseau avec des sous-composants récupérés ailleurs.

Les composants de plus gros vaisseaux, tels que l’Idris ou le Retaliator, peuvent nécessiter des sous-composants plus nombreux et/ou plus volumineux. Quand ils sont endommagés, le temps pour diagnostiquer la panne et remplacer ces systèmes compliqués peut être bien plus long.  Pour plus de redondance, ces vaisseaux peuvent contenir des systèmes de secours alternatifs. En cas d’urgence, les mécaniciens peuvent utiliser les terminaux à bord du vaisseau pour rediriger l’énergie vers les systèmes de secours, permettant au vaisseau de fonctionner à 100% pendant la réparation des systèmes principaux. Cette opération peut également se faire manuellement, si un terminal d’ingénierie est en panne, en permutant physiquement le rack de modules pour placer le système de secours dans l’emplacement principal.

//FIN DE TRANSMISSION

Traduit de l'anglais par Arma, Aelanna et Super-D, source : http://www.starcitizen.fr/2015/11/18/le-chantier-naval-aiguisage-du-cutlass/

Réactions (15)


  • En chargement...

Que pensez-vous de Star Citizen ?

15 aiment, 2 pas.
Note moyenne : (19 évaluations | 0 critique)
7,2 / 10 - Très prometteur