Les larmes de Cassandra : n°1

Les larmes de Cassandra : n°1

TRANSPORTEUR DE L'UEE "GEMINI"

SYSTEMES CENTAURI

Quatre semaines... Quatre longues semaines depuis que Cal Mason avait sauvé le diplomate Xi'An enlevé et il commençait tout juste à sortir de l'infirmerie. Il avait cette démangeaison, celle qui venait après trop de temps passé à terre. Les pilotes l'avaient toujours. Presque comme s'il ne faisaient pas confiance en leurs membres pour les porter, ils avaient besoin de se mouvoir dans cet univers avec des ailes et des tuyères, et non des bras ou des jambes.

Les côtes de Cal le piquaient toujours depuis ce coup de feu qu'il avait reçu sur Vega, mais il s'en fichait. Il devait sortir d'ici. Cal se rendit à ses quartiers, en ménageant ses côtes. Le dernier changement de patrouille venait d'atterrir. Ils le croisèrent en route vers leur débriefing.

"Mais qui voilà, Mason. Ils t'ont finalement laissé sortir ?" Cal se retourna. Penny semblait fatigué, mais hargneuse comme toujours. S'il y avait quelque chose dans cet univers qui aurai pu l'adoucir, Cal ne l'avait toujours pas vu.

"Pas officiellement. Comment ça se passe là-dehors, gamine ?"

"Le danger à chaque coin de route. Tu sais ce que c'est," dit-elle avec un clin d'oeil. "T'a fais ton rapport à Papy ?"

"J'y vais justement."

Penny trottina pour rejoindre le reste de ses équipiers. Elle desserra son élastique pour libérer ses cheveux roux et se retourna.

"Oh Cal", dit-elle à reculons, "Arrête de m'appeler gamine."

* * * * *

L'amiral Showalter n'était pas de bonne humeur. Comme Penny, si quelque chose dans cet univers aurait pu le mettre de bonne humeur, Cal ne l'avait pas vu. L'amiral, surnommé Papy par ceux qui étaient fatigués de vivre, était un soldat endurci. Survivant de plusieurs campagnes terrestres, de centaines de sorties, et très probablement une douzaine d'opérations secrètes, sa carrière était gravé dans était gravée dans ses traits. Ses yeux étroits avaient tout vécu, mais n'avaient jamais abandonné.

"Vous ne devriez pas être hors de l'infirmerie", grommela-t-il tandis qu'il lisait le rapport du médecin sur son écran. "De plus, vous n'approcherez pas d'un vaisseau avant votre évaluation. Le Commandement de l'Ouest est sur mon dos depuis votre dernier coup."

"Désolé, monsieur." Cal pouvait à peine cacher son sourire. Passer en postcombustion derrière un vaisseau contrebandier à travers la ville animée de Titus à l'heure de pointe était susceptible d'ébouriffer quelques plumes. ça avait été une sacrée poursuite.

"Pas de ça avec moi, gamin. Vous avez fait du bon boulot là-bas. Je ne vais pas les laisser vous jeter en pâture pour obtenir les bonnes grâces de quelques politiciens.

"Merci, mais ne vous mettez pas dans les ennuis à cause de moi."

“Fermez-la, Mason. Vous pensez que je suis arrivé où j'en suis sans être capable d'éviter quelques chausse-trappes politiques ?" C'est pour ça que toutes les troupes de Showalter prendrait une balle pour cet homme. Showalter éteignit son écran et regarda Mason. "Mais je ne vous remettrai quand même pas en patrouille."

"Je vous supplierai."

“Et je frapperai un homme blessé. Maintenant tirez-vous."

Cal décida de ne pas le tester. Cependant il allait retourner dans les nuages. Il fallait juste trouver comment. Il s'avéra qu'il ne devrait pas attendre bien longtemps.

Un appel de détresse retentit à la seconde où le raid Vanduul attaqua le système. Des pieds résonnèrent sur la grille. Des moteurs s'allumèrent. Les portes massives de la baie du transporteur s'ouvrirent.

Penny s'attachait dans son siège tandis que son OrdiNav démarrait. Elle jeta un oeil dans la baie. Il y avait Cal, passant devant son vaisseau. Il sourit et salua.

"Cinglé de fils de..."

L'amiral Showakter était sur la passerelle quand Mason décolla. Il sut instantanément, il pouvait reconnaître ce petit décollage artistique entre mille. Il pressa les Comms.

"Putain, Mason. Vous ramenez ce vaisseau sur le pont. Je ne vous le dirai qu'une seule fois.

"Désolé, monsieur. Le Nav est déjà verrouillé. Je vais essayé de-" Cal coupa le canal. Il s'installa dans son siège. Le frisson de la tempête imminente grandit en lui. Il était de retour à la maison. Il le sut la première fois qu'il s'était installé dans ce siège et à chaque fois depuis.

Penny accéléra jusqu'à lui. Elle le regarda furieusement pendant quelques secondes.

"Qu'est-ce que tu fais bordel ?"

" Je donne un coup de main."

"L'amiral m'a dit de t'éparpiller dans le ciel."

“Je serai sage. C'est promis." Penny le fixa quelques instants. Finalement, elle secoua la tête.

"Très bien. Tu couvres nos six heures et ne fais rien de stupide."

"Allez Penny, tu me connais."

“Précisément."

Cal retourna en formation. L'aile s'étira sur seize vaisseaux; dix chasseurs Cestus, trois Zippers, et deux Anvils. ça devrait faire l'affaire pour gérer tout ce que pouvait bien préparer les Vanduuls.

Sur la passerelle du Gemini, Showalter observa les échos radars du raid naviguant à travers le système, sur la carte sphérique. Ils disparurent dans l'atmo de Yar. Ce qui lui donna une pause.

Pourquoi ici ? Réfléchit-il. Il y avait des planètes bien plus densément peuplées dans le système. Les Vanduul n'avaient pas eu peur de la présence de la Flotte par le passé. S'ils venaient pour frapper puis se gaver rapidement, pourquoi attaquer une planète désolé sur la bordure avec seulement quelques camps et des stations de recherche ?

"Amiral. Nouveau contact. Trajectoire huit-sept-zéro". Whitacre, leur spécialiste SIG-INT, bascula le nouvel écho radar sur la sphère. Showalter jeta un coup d'oeil et su instantanément.

C'était un vaisseau amiral Vanduul. Qui venait les intercepter.

" Et bien, Je suppose que quelqu'un veut jouer." Il donna l'ordre au Gemini de se préparer à combattre.


A SUIVRE...

 

(traduit de l'anglais par Sharlokar, lien vers la V.O. ci-dessous).

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Que pensez-vous de Star Citizen ?

15 aiment, 2 pas.
Note moyenne : (19 évaluations | 0 critique)
7,2 / 10 - Très prometteur