Guide galactique : La coupe Murray

Intermédiaire sportif de la simulation spatiale Star Citizen, la coupe Murray écrit son histoire entre deux courses.
Guide galactique : La coupe Murray

La coupe Murray est le joyau incontesté de la triple couronne des courses stellaires. Chaque année, les meilleures équipes suent sang, eau et argent pour tenter de se positionner en haut des classements de cette course épuisante à l'échelle d'un système solaire.

Histoire de la course

La tradition de la coupe Murray date du début de la colonisation du système Ellis en 2467. La décision du gouvernement de terraformer quatre planètes à la fois dans ce système découvert récemment entraina nécessairement un afflux de population et d'équipement spatial. Les terraformeurs et leurs familles n'ayant pas grand-chose à faire à part attendre que les machines ne commencent à augmenter les températures des noyaux planètes, commencèrent à passer le temps en faisant la course avec leurs vaisseaux inutilisés. Bien vite, des pistes de courses de fortune furent construites à partir de restes d'équipements de terraformation et les engins des entreprises furent modifiés pour gagner en vitesse. Et ce, à tel point que qu'on ne faisait plus la course pendant le processus de terraformation, on terraformait pour faire la course. La popularité de ce passe-temps dépassa les limites du système et il ne fallut pas longtemps pour que les non terraformeurs viennent s'essayer à cette course difficile.

Pendant ce temps, Amon Murray flairait le profit. Murray était un criminel et un parieur qui avait amassé une petite fortune en vendant des drogues et autres biens de contrebande aux terraformeurs désoeuvrés. Il devint fasciné par les courses improvisées, non pas en tant que compétiteur mais en tant qu'organisateur et bookmaker. Il commença donc à enregistrer les paris sur les courses amateur du système. Après six mois, Murray réalisa qu'il gagnait plus d'argent à prendre des paris qu'à faire du commerce illégal. N'étant pas du genre à se contenter d'une petite fortune s'il était possible d'en acquérir une grande en peu de temps, Murray investit ses ressources pour légitimer les courses en offrant une petite somme au vainqueur de ce qui devint, à l'insistance de Murray, connu comme la première coupe Murray.

La première course officielle vit le triomphe d'Ian Rikkord en 2479. L'ascension à la gloire de Rikkord, spécialiste atmosphérique de chez Planète Gaïa Services, étant purement due à la quantité de modifications apportées à son vaisseau messager RSI Nova, ceci lança une tradition maintenant cinq fois séculaire de champions ayant modifié eux-mêmes leurs appareils de série. La réaction du public face à ces courses nouvellement organisées fut électrique. De nouveaux compétiteurs venus de tous les secteurs de l'Empire et d'encore plus loin vinrent faire la queue pour participer. Chaque année la récompense pour le vainqueur de la coupe devint de plus en plus importante. En 2488, Murray était devenu « honnête » ; l'ancien passeur de drogue s'était repositionné en tant que figure publique et père des courses stellaires modernes.

Murraycup.png

La course

La coupe Murray se divise en deux types de courses : Classique (anciennement appelé cavale) et Blitz (anciennement appelé Tortue ou Div-T). La course classique est exactement ce à quoi peut s'attendre : les appareils man½uvrent pour se dépasser et finir aussi vite que possible. Le mode Blitz autorise l'armement des vaisseaux et permet aux pilotes (avec de plus en plus de restrictions avec les années) d'engager le combat pendant la course pour incapaciter mais pas détruire leurs concurrents. Bien que la majorité des pilotes tende à se spécialiser dans l'un des deux types de courses, pour réellement réussir dans la coupe Murray, il est important de maîtriser les deux types de compétences. Les compétiteurs s'entrainent pendant des années pour se perfectionner dans le style qui leur convient le moins et rares sont ceux qui deviennent réellement « ambidextres ».

La difficulté inhérente de la coupe Murray vient de la course en elle-même qui s'étend dorénavant sur tout le système Ellis et se compose de plusieurs étapes. Chacune d'entre elles est conçue pour profiter des obstacles naturels présents dans le système tels que les ceintures d'astéroïdes, puis gravifiques et depuis ces derniers siècles des obstacles artificiels comme des anneaux d'agilité de tailles variables et des cibles à toucher pour déverrouiller les portes. Certaines sections de pistes requièrent notoirement une telle précision de pilotage qu'on leur a donné d'infâmes surnoms du genre "la mer des chagrins" ou "l'ossuaire". Cependant, même si la coupe Murray est fière de sa tradition, les autorités responsables des ligues modifient les parcours d'années en années pour maintenir un degré élevé de difficulté pour contrebalancer les constantes améliorations apportées par des constructeurs comme RSI ou Origin pour rendre leurs appareils de course toujours plus man½uvrables. Bien entendu, un vaisseau n'est rien sans un pilote et la coupe Murray diffuse des informations en direct sur tous ces aspects. Les vainqueurs de la coupe deviennent ainsi des légendes à part entière. Rare sont ceux qui peuvent parler de ce sport sans évoquer de grands noms comme McConoway, qui est devenu en 2495 la première personne à gagner la coupe Murray deux fois, ou Issigon Ado, qui introduisit une ère de compétition inter-espèces en tant que premier champion Banu. Il y a également ceux qui entrent dans l'histoire pas tant par leurs victoires que par la manière dont ils les ont obtenues. On citera par exemple Dax "le tricheur" Emmelmann qui en 2731 inscrit un nouveau record de vitesse grâce à un Aurora aux propulseurs fortement modifiés. Des générations de bricoleurs ont depuis lors continué de lutter pour pousser ce record de plus en plus. On peut également parler de la légende inspirante de Fabis Capaldi qui gagna en 2798 alors qu'il souffrait du syndrome de Rauk, prouvant ce faisant que tout est possible.

Ces dernières années, on a pu assister à l'ascension de grands pilotes comme ceux de l'écurie de course de la famille Bakshi qui ont cumulé 3 victoires en 40 années de courses et qui en obtiendront probablement encore beaucoup d'autres. Hypatia Darring, l'outsider, a encore des fans qui lui réclamment de sortir de sa retraite après la remontée palpitante qui lui valut une victoire en 2934. L' exemple tragique de feu Zack Hugh, vainqueur de la coupe en 2942 occupent toujours les esprits.

Les règles changent

Les accidents mortels ont bel et bien lieu au cours des courses stellaires. Des centaines de compétiteurs et de spectateurs ont péri dans de tels incidents au cours de ce dernier demi millénaire de coupe Murray. Après une course durement gagnée, le pilote Zack Hugh effectuant le traditionnel tour de gloire quand il fut percuté de plein front par un pilote amateur, à la traine d'un tour, qui avait perdu le contrôle de son appareil. Après cette conclusion malheureuse, la coupe fut attribuée à sa veuve et les organisateurs de la ligue de la coupe Murray s'enfermèrent pour amender une fois de plus les règles des futures compétitions.

En 2943, le commissaire Marco Verender annonça que le processus de qualification pour la course serait modifié pour éviter de reproduire la tragédie de 2942. Depuis cette date, les qualifications sont effectuées à l'aide d'un système de points qui s'étend sur toute la saison de course. Les pilotes souhaitant se qualifier pour la grande finale doivent accumuler vingt "points" en finissant classés lors des courses autorisées par la coupe. Trois points sont accordés pour une pole position, deux pour la seconde et un point pour une troisième place. Ce changement, ainsi que les mises à jour des règles sur l'armement des vaisseaux en mode Blitz, sont vivement critiqués par les spéculateurs qui trouvent que la tradition est dévalorisée au nom de la sécurité et de l'ordre. L'impact sur l'ensemble de la course sera bientôt connu : le début de la nouvelle saison est proche et quelques pilotes remarquables ayant déjà obtenu les vingt points nécessaires sont suivis de près par les médias.

Kingsamber

Cette visite galactique vous était proposée par Kingsamber, fier pirate nostalgique et membre de la rédaction SC-JoL qui combat actuellement un rhume.

Source : https://robertsspaceindustries.com/comm-link/transmission/14188-Galactic-Guide-The-Murray-Cup

Réactions (10)


  • En chargement...

Que pensez-vous de Star Citizen ?

19 aiment, 1 pas.
Note moyenne : (22 évaluations | 0 critique)
7,8 / 10 - Très prometteur