Le système Baker

Le système Baker

Le système Baker

Baker est un système binaire avec en son centre deux étoiles de type K. On y trouve très peu de planètes, dans des zones allant de non habitable à presque habitable. On ne trouve dans ses environs qu'une énorme station de minage autonome ainsi qu'un centre de livraison et d'expédition Covalex, seuls endroits où vous trouverez des traces de civilisation. Mais comme d'habitude, ce n'est que la description officielle. Le sytème Baker est aussi connu pour son "Able Baker Challenge" ; une course non officielle considérée comme la plus dangereuse qui soit.

Les points d'intérêts pour ce système sont au nombre de deux. Il est le seul système binaire inhabité (techniquement parlant) à seulement un saut de Terra. Il a gagné toute l'attention d'un grand nombre d'astrophysiciens notamment par sa configuration d'étoiles particulière, mais aussi par sa relative sécurité dûe à une bonne présence militaire. Son second intérêt réside dans son réseau de transports, et son utilisation pour les courses undergound.

La découverte du système Baker date de 2508, par la même équipe d'exploration qui a découvert Terra. Le système Terra fut rapidement cartographié, au contraire de Baker qui resta oublié pendant longtemps, son sytème d'étoiles double ayant peu d'intérêt en général pour les humains. Même si une planète découverte dans la zone habitable du système pouvait être terraformée, le stress gravitationnel engendré par la présence des étoiles rend les tentatives de colonisation discutables.

Le premier saut transdirectionnel réussi avec succès dans ce système date de 2676, bien après que Terra eu été reconnue comme acteur majeur de la politique galactique. Le point de saut vers Baker a été découvert par accident, aux confins du système Terra, et ne fut d'abord exploré que par des scientifiques. Les droits commerciaux de ce système furent intégralement délivrés au gouvernement de Terra.

Schéma du système Baker

Planètes inférieures : Baker I, II & III

D'un point de vue colonisation/prospection, les trois premiers mondes du système Baker ont tout de suite été catalogués comme inintéressants. Aucune de ces trois planètes ne permet la terraformation pour abriter la vie de manière permanente, et aucun n'a de ressources qui nécessite de s'y attarder. Baker I à un noyau métallique très dense et son orbite la fait passer dangereusement près de la double étoile du système. Cette proximité rend l'orbite de la planète particulièrement instable et les scientifiques pensent que Baker I sera absorbée par la plus grosses de ses deux étoiles d'ici 150 millions d'années.

Baker II est une planète gazeuse typique, un petit monde jaune orangé recouvert d'une atmosphère hautement empoisonnée. Même si elle ne subit pas la gravité de son étoile double comme sa petite soeur, l'atmosphère invivable et les ressources sans intérêt de Baker II n'ont même pas nécessité de se poser la question de sa terraformation. Son atmosphère est tellement toxique qu'elle ronge les carcasses des vaisseaux. Un malencontreux pilote de Freelancer en à fait les frais quand, voulant échapper à ses poursuivants, il s'est engagé sur la planète et a vu sa carlingue fondre sous ses pieds.

Baker III est quant à elle une géante de glace. Une énorme boule blanche recouverte de veines bleues. Détail intéressant, sa circonférence à augmentée depuis sa découverte, les scientifiques suivent cela de très près.

Xenia

Xenia est la plateforme d'expédition construire par Covalex, pour notamment assurer le commerce en plein essor du système Terra. Xenia s'est étendue très rapidement ; quand les marchands ont réalisés que cette station permettait une très grosses augmentation du traffic de leur marchandises à des prix défiants toute concurrence, elle est devenue la plateforme principale de transports pour les entreprises de Terra.

La station elle-même a été construite sur la base de modules d'habitations et de containers pré-fabriqués. Ces différents modules forment un anneau, et ses baies d'amarrage peuvent contenir du plus petit vaisseau au plus gros transporteur de marchandises. Les plus grands vaisseaux qui travaillent pour Covalex passent forcément par Xenia pour charger, ou décharger, une partie de leurs marchandises. Sur place, des entreprises privées en profitent pour gérer ensuite des contrats de livraisons pour les systèmes les plus proches.

Xenia est l'endroit idéal pour les jeunes équipages de Freelancer et autre Constellation qui veutent se lancer dans le commerce, les échanges Xenia - Terra et Xenia - Gem ne nécessitant qu'un seul saut hyper-espace. Travailler directement pour Covalex ne vous apportera pas la richesse, mais peut permettre à une équipe inexpérimentée de se mettre en jambe. Le panneau d'affichage des missions de Covalex est aussi un bon endroit si vous cherchez des missions de longue durée qui vous apporteront de plus grosses primes.

Baker IV

Dernière planète du système Baker, elle n'a ni atmosphère ni champ magnétique. Mais ses ressources en minéraux sont énormes. Shubin Interstellar s'est octroyé le droit d'être le seul exploitant de ces ressources, et vous ne trouverez sur cette planète qu'une seule mine : GIO. Les vaisseaux peuvent atterrir et repartir de GIO sans soucis, mais les équipements sur place, construits par Subin, sont plutôt spartiates.

The Race (La Course)

Alors que les trois planètes inférieurs du système Baker sont sans intérêt, au sens strict, elles ont gagnées une nouvelle vie officieusement en tant que site des courses les plus dangereuses de la galaxie. Le "Able Baker Challenge", qui se tient tous les 6 mois à une date annoncée seulement 24h avant le départ aux participants, engage les pilotes à courir sur chacune des planètes.

Le challenge consiste en trois circuits, connectés entre eux par des voyages quantiques qui ne peuvent se faire qu'à partir de locations bien précises. Tout d'abord, les pilotes doivent courir dans l'espace autour de Baker III, qui est dangereusement parcouru de cristaux de glace qui peuvent facilement détruire des instruments de bord et causer de gros dégâts à la visibilité des vaisseaux. Ensuite, la seconde partie est appelée "Respirer les vapeurs". Elle consiste à passer dans des anneaux disposés au plus près de l'atmosphère toxique de Baker II. Les pilotes doivent vraiment faire attention si il ne veulent pas subir de nouveaux dégâts. Et enfin, les pilotes doivent trouver leur chemin jusqu'à Baker I. Cette partie finale autorise l'utilisation des armes, et contrairement à des évènements plus "civilisés", les participants ne sont pas disqualifiés automatiquement à la destruction d'un adversaire (même si il est interdit de tuer d'autres pilotes).

Cela en fait l'une des compétitions les plus dangereuse de la galaxie. Faire la course est une marque d'honneur au sein des coureurs underground, mais la plupart des équipes de courses officielles refusent de la faire. Comme cette course est non-officielle et organisée par des inconnus, il n'y a aucune règle concernant la sécurité ou l'usage des armes, autrement que dans la partie finale. Certains coureurs n'hésitent donc pas à tirer sur leurs concurrents dès les premières phases de la course pour gagner des places.

Les visiteurs doivent prendre conscience que la nature même de la course provoque un nombre important de décès parmi les pilotes amateurs. Avec le système Terra à seulement un saut, il y'a beaucoup plus de monde que d'habitude pour ce type de courses. Toute la partie inférieure du système Baker est littéralement noyée par les restes de vaisseaux des participants.

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Que pensez-vous de Star Citizen ?

15 aiment, 2 pas.
Note moyenne : (19 évaluations | 0 critique)
7,2 / 10 - Très prometteur